Ormaz - Professionnel

Il est des tracks qui sortent de l'habituel : tantôt pour des raisons formelles, sinon par une force textuelle qui provoque et ou interloque l'auditoire.

Mais il apparait par moment des pépites sur lesquelles les analyses théoriques glissent sans qu'aucunes aspérités ne viennent entraver le bon déroulement d'un flow vif et évidemment référencé (Temps Mort, Mauvais Oeil, vous voyez). Réverencieux envers une certaine histoire du rap ( le choix de la DVcam pour le clip...), Ormaz prouve que le flow à la fois mâché et extra-articulé d'un certain DUC peut être naturellement approprié par la nouvelle scène, plus qu'un hommage, c'est ici un prolongement. Et il est bon de croiser des jeunes emcees qui ne s'inventent pas de fausses idoles.