Lomepal sur le toit de Paris

Avoir le privilège de suivre au plus près l'ascension d'un emcee permet de prendre le recul sur la trajectoire et les orientations artistiques qu'il épouse.

Avec Lomepal la trajectoire est unique tant chaque nouveau projet, chaque nouveau choix esthétique et musical confirme que nous sommes en confrontation avec un artiste au sens noble du terme. En trois morceaux paru sur un EP en collaboration avec l'excellent producteur Stwo, Lomepal trace sa voie et sa voix. Celles d'un rap moderne, pertinent et parfois chanté ( Lomepal ironise même à ce sujet dans Achille : "La suite sera chaude genre, Plus je rappe, plus j'ose chanter, Plus le temps passe moins je chôme" ) mais surtout réellement parfaitement bien écrit, aussi bien dans les structures de rimes (que Lomepal maîtrise depuis longtemps) que dans les thèmes abordés. totalement ego trippé sur R2D2, une profondeur se ressent avec un petit dérèglement interne pour les morceaux Achille et Oyasumi ou la dimension de retrospective sur le chemin parcouru fait alterner les registres dans les champs lexicaux employés. Ces variations d'atmosphères textuelles sont parfaitement épousées par les productions de Stwo dans une collaboration qui commence à durer et mue en alchimie. (Pour la petite histoire et parce qu'il est parfois de bon ton de se faire mousser, c'est nous qui avions fait se rencontrer les deux bougres). Conscient du chemin parcouru, Lomepal est aujourd'hui sûr de ses forces mais aussi un des meilleurs lyriciste de sa génération. Ce projet semble pour nous marquer le tournant de la carrière que l'on a vu commencer. Et comme personne n'a le sens du timing comme Lomepal, le prochain projet à sortir sera son premier véritable album. Il n'y a jamais de hasard avec Antoine.

"Bientôt les gens goberont les boules de mes plus fidèles fans", maintenant nous on attend la récompense de ce suivi de longue date.